EMDR
 
Eye Movement Desensitization and Reprocessing
(ou Désensibilisation et Retraitement de l’Information par les Mouvements Oculaires)
 
est une psychothérapie mise au point par Francine Shapiro après 1987. Cette thérapie est efficace dans le traitement du syndrome de stress post-traumatique.
 
 
Le trouble de stress post-traumatique désigne un type de trouble anxieux sévère qui se manifeste à la suite d'une expérience vécue comme traumatisante. En psychopathologie le trouble est appelé névrose traumatique et il se distingue du précédent du fait de la prise en compte de la dynamique intrapsychique (inconsciente).
Le trouble de stress post traumatique est une réaction psychologique consécutive à une situation durant laquelle l'intégrité physique et/ou psychologique du patient et/ou de son entourage a été menacée et/ou effectivement atteinte (accident grave, mort violente, viol, agression, maladie grave, guerre, attentat,...). La réaction immédiate à l'événement doit s'être traduite par une peur intense, par un sentiment d'impuissance ou par un sentiment d'horreur. Le SSPT survient parfois à la suite de la réaction aiguë de stress à la situation anxiogène mais il peut aussi apparaître beaucoup plus tard (après plusieurs semaines, ou plusieurs mois). Si un terrain psychologique ou psychiatrique fragile (dépression, anxiété, ...) peut augmenter le risque de développer un SSPT, une expérience traumatisante peut, à elle seule, faire apparaître un SSPT chez des personnes ne présentant aucun antécédent. En particulier, les enfants et les personnes âgées seraient plus vulnérables.

Le SSPT ressemble à une cicatrice dans le cerveau et qui continue à se manifester dans le présent à travers des cauchemars récurrents, des  images intrusives et de vives réactions émotionnelles et physiques.
  Le souvenir traumatique présent dans le centre de contrôle des émotions (amygdale) considère que le danger est toujours présent. Le cortex préfrontal (siège de différentes fonctions cognitives dites supérieures comme le langage, le raisonnement, les fonctions exécutives…) est éteint et ne semble plus communiquer avec le cerveau émotionnel, ce qui empêche d’intégrer que l’événement est alors passé.
De plus l’aire du langage n’est plus active, ce qui empêche les victimes d’un traumatisme de mettre des mots sur ce qui  est arrivé. Le cortex visuel est au contraire suractivé, ce qui rend le souvenir aussi précis qu’une photo.
 Pendant les rêves, nous bougeons les yeux rapidement, le cerveau digère alors ce qui s’est passé pendant la journée et dans le passé, un travail de connexion s’établit pendant la nuit, nous permettant de relativiser.
Or, après un traumatisme, ce travail de connexion ne se fait plus, l’ EMDR permet  donc de procéder à  l’aboutissement du travail d’archivage.
  « Le traitement par les mouvements oculaires pendant la séance d’EMDR, facilite la formation de nouvelles connexions entre les souvenirs du traumatisme. Un réseau se formerait, chaque souvenir paraissant se relier à un autre puis à un autre puis à un autre… Les souvenirs traumatiques, presque pris de vitesse, semblent alors remonter d’une connexion à une autre jusqu’au cortex préfrontal. Là il se connecte instantanément à notre connaissance de la vie, à notre expérience. Cette activité fait que notre cortex se rallume, les souvenirs traumatiques basculent dans l’univers de la raison et sont alors archivés dans le passé, l’amygdale s’éteint et le traumatisme est digéré » France 2 - Guérir autrement - Youki Vattier
  Depuis 2004, l’EMDR est reconnu par l’ INSERM comme une méthode efficace et rapide pour agir sur le syndrome du stress post-traumatique, qui était l’une des pathologies les plus difficiles à soigner. Il a été démontré que  80% des consultants n’avaient plus de symptômes après 3 séances.


On ne pratique jamais d'EMDR dès la première séance. Quelques séances d'entretien traditionnel sont requises pour évaluer le contexte de la souffrance du consultant, son histoire, la nature de ses symptômes. C'est à partir de ces informations qu'est évaluée la pertinence d'utiliser ou non l'EMDR dont l'indication principale est le traitement de chocs émotionnels. Il peut s'agir de traumatismes graves mais également d'une succession de chocs moins importants qui deviennent pourtant invalidants du fait de leur accumulation. De nombreux symptômes névrotiques, psychosomatiques ou d'addiction sont également la conséquence de chocs émotionnels. L'annonce d'une maladie, certaines interventions chirurgicales peuvent créer, en elles-mêmes, des traumatismes psychiques qui réduiront, s'ils ne sont pas traités, les ressources de la personne dans son processus de guérison.

 
 
 
Myriam VILLALON

Tir Nan Og 7 impasse de la sénéchaussée 56430 MAURON
Sur RDV Tel : (+33) 06 42 81 25 04 - myriamvillalon@orange.fr

Site réalisé par WEBYOO